mardi 30 septembre 2008

jukebox 2008 # 60

Antoine, "Un éléphant me regarde"... une tentative réussie de psychédélisme à la française...

Harvey Fierstein's 12 Step Program to Change Your Life

Good evening. I am J. Danforth Quayle's worst nightmare -- an American with a used mind. I believe that democracy was conceived to nurture and protect diversity, and that diversity is what makes this country great. I am gay. I am Jewish, which makes me some other people's nightmare, and I am a radical. I'm proud to be all of them. I am also naturally gray. Somebody should talk to Dan Quayle and tell him natural blondes don't have dark gray stripes on the sides -- probably has a heterosexual hairdresser. I am also, as he attacked yesterday, a member of the Screenwriter's Guild. He also attacked Hollywood glamour. Somebody should tell him if he didn't look that way, he would be working for his father.

More dangerously to people like him, I can read, I can write, I can paint, I can sculpt, and I can sing; and I don't need a Gallup Poll to tell me how to do any of them. Furthermore, I have actually seen Murphy Brown. I am pro-pursuit of happiness, which means I am pro-choice. I am also pro-family, pro-commitment, pro-marriage, pro-divorce, and pro-money. I am pro-children whether they are gay or, God forbid, straight. And my concern with life does not end after the moment of birth. I am pro-women, gay and straight. I am pro-man, gay and...well, I'm still working on that. Progress, not perfection. And I'm pro-affirmative action for any individual or group that has suffered at the hateful banquet known as the American establishment.

I'm an actor and that means I accept almost anything as art. I'm a writer and that means that I think art raises the human spirit. And I'm an activist who thinks that Washington makes Hollywood seem like a temple of truth. I believe that if America has enough money to give every member of Congress a staff of flunkies, then we have enough money to provide health care for all. I believe that in the last twelve years we have proved that the heterosexual community can learn a great deal from their gay children and brothers and cousins -- such as, attack the disease, not the person with the disease. I believe that the government, my government, has no place in my bedroom or my body. I believe it's time to stop pretending that alcohol and cigarettes are not dangerous and time to legalize marijuana. I do not advocate its use.

I am pro-unemployment because it is the last remaining government subsidy to the arts. I am for a foreign policy that would allow me as an American to walk any street in Panama, Kuwait, Korea, Vietnam, Libya, Iraq without thinking that my tax money killed some of these people. I believe that a forest is more important than a lumber company, a species of animal more important than an annual report. And that the future will not take care of itself, not with friends like us. The earth cannot possibly heal itself as quickly as we are ruining it.

I cry for refugees who flee persecution, political and monetary, in cargo ships and rafts and junks; forgive me, but I cry less for refugees who flee in Jaguars and limos dragging along staffs of servants and boxes of cash.

I believe in equal pay for equal work, and I condemn the lowering of the minimum wage. Those who want it, believe me, never had to work for it. An American family is now expected to live -- these people want one person in the family to work and the other to stay home -- on $80 a week take-home pay.

I believe that people's relationship with their higher power is their own business and does not require a tax credit. Just what God needs -- another building. It has been my experience that people who quote the Bible have never read it, or at least don't understand the concept of context. Just once I'd like to go into a Christian home that was kosher. The Bible is much clearer on that than it is on homosexuality. Speaking of which, I was watching Pat Robertson and he was giving a lecture on art, and he said that all of modern art -- I'm paraphrasing, but accurately -- all of modern art is a Communist plot to waste America's resources of marble and canvas and paint. He showed a slide of a Henry Moore and said (this is a quote), "this American artist could just as easily have made this piece of marble into a statue of George Washington."

I would like to see Phyllis Schlafly forced to stay home and take care of the kids, bake cookies, and listen to her own speeches. I think we'd win her over. I think Ron and Nancy Reagan should be forced to live on Social Security -- with all of their children, including the one conceived out of wedlock. And while I'm on that subject, just once I would like to hear one of those pro-family speakers speak out against incest instead of single parents, or child molestation -- more than 95 percent of which is heterosexually acted -- instead of school test scores, or domestic violence instead of divorce rates. Save the family, they say -- to them that means beat the wife into hamburger, but return to traditional values. And while I'm on the subject of traditional values, there is one of them I'd like to bring back, the one where they took bank robbers and strung them up in town squares. George and Barbara, say bye to Neil.

My fellow Republicans, I think someone should tell Dan Quayle his first name. After that they should tell him that Murphy Brown is a fictional character. Dan Quayle -- this is the man who went to Latin America saying, and I do quote this time, "If only I'd paid more attention in my Latin classes so I could address you in your native language." But I'm sure that was the media's fault. They listened.

Dear class of 1992. I have spent only a couple of hours with you, read a couple of letters from the office here, but I am reminded of the 60s. And my own childhood. To you, really, I'm nothing but a fart in a blizzard. But you are the hope of America. I cannot tell you how touched and honored I was to learn that you wanted me to come and speak to you at this joyous moment.

Some of what I've said to you I truly believe. Some was said for effect -- it's called artistic license. Many of you will be exercising it for a living. And some of what I didn't say, I edited because I'm getting such a look from these two people, and Madam President knows where I'm parked.

But I do, seriously, have a bit of advice for you, and I hope you will take this in the best way possible. I have Harvey's 12-Step Program that I'd like to share with you.

  1. Never lie, and never let anyone cause you to lie. Truth, or the pursuit of it, is all we have.

  2. Never do anything you are ashamed of. If you're ashamed that means somewhere inside you think it's wrong; and if you think it's wrong, you shouldn't be doing it.

  3. Take full responsibility for yourself. You are the only one who can say what goes into or comes out of your body.

  4. Always admit when you're wrong. You'll save thousands in therapy later -- and a few friendships too.

  5. Change your mind as often as possible. Just because you thought something yesterday doesn't mean you have to think it today. Don't ever become a prisoner of your own opinion.

  6. Beware of anyone who says they know. Trust me, they don't, or they wouldn't have to say they did.

  7. Take care of yourself first, then your family, then your friends. And if you have anything left over, share it.

  8. Do something, anything, every day to change the world. It doesn't have to be big, it could be giving a dime to a street person, planting a flower, picking up litter. Anything will change the world.

  9. When you have nothing better to do, smile. You'll have to trust me on the miracle this step brings.

  10. Make a bit of time every day to be alone and think. Five or ten minutes is enough. It will keep you sane.

  11. Have all the sex you want -- safe sex. Get lust out of your way. It's the only way I know to make sure you fall in love for the right reasons. And I want you all to find true love.

  12. Learn something new every day. Read a newspaper article that you wouldn't normally read. Open a dictionary to a word you never heard, or never understood.

That's my program. And this is my speech. A special word to all of the gay and lesbian graduates: As it was in the beginning, it will probably be in your time, too. From Plato to Walt Whitman, from Eleanor Roosevelt to Sappho -- we are the cultural and social parents of ungrateful children. We give them the houses they live in, the clothes they wear, the art and music and food they enjoy. Do not wait for their thanks, but do the work for yourself. Art must be enough in itself.

Never be bullied into silence. Never allow yourself to be made a victim. Accept no one's definition of your life, but define yourself.

Bennington Class of 1992 -- go out there and make history!

samedi 27 septembre 2008

la double dose de lexo du soir...

Parce que les dernières nouvelles de Paris me dépriment alors que je pensais être sorti de cette saloperie de phase, parce que Paul Newman, parce qu'Alex n'est pas qu'une bande dessinnée, parce que malgré tout je suis toujours seul coincé sur cette putain d'île du bout du monde... bref, juste envie de revoir cette fameuse scène de "Une nuit à l'opéra" des Marx pour vérifier la machine à sourire...

bonjour tristesse

Paul Newman, 1925-2008

avant, après # 15



Arthur Rimbaud, 1854-1891

La nuit dernière, obnubilé par l'adolescent qui incendia la littérature et balisa à jamais ce qui en reste aujourd'hui, j'ai réalisé qu'Arthur et Verlaine n'avaient que dix ans d'écart et que ce dernier survécut cinq ans à son jeune amant...

dernières acquisitions # 19

mardi 23 septembre 2008

jukebox 2008 # 59

un violent coup de blues et, du coup, une tendance certaine à la nostalgie : David & David, "Boomtown"...

samedi 20 septembre 2008

jukebox 2008 # 58

Toujours Jay Brannan, "Body's a temple"...
Toujours en concert à la dame blanche (M° La Chapelle) le 26 octobre à 19h...
12,50 € la place !

prénom jean-luc

La bande annonce du festival 2008 de cinéma de Vienne signée Jean-Luc Godard.

vendredi 19 septembre 2008

pépitothèque de la danse # 3

spéciale dédicace à Nicolas de Luzéronde dont le sourire a illuminé ma journée.

jeudi 18 septembre 2008

jukebox 2008 # 57

"Housewife" par Jay Brannan... Si son visage vous dit quelque chose, c'est normal... Il crevait l'écran dans "Shortbus" et "Holding Trevor".
il sera en concert le 26 octobre à La Reine Blanche à Paris... J'y serai ! :o)

mercredi 17 septembre 2008

dernières acquisitions # 18

petit message personnel

à toutes les personnes qui m'envoient des mails sur mon adresse habituelle : ne vous inquiétez donc pas. pour je ne sais quelle raison, de mon exil noirmoutrin, je reçois bien vos messages mais ne peux pas y répondre directement. j'ai fait quelques tentatives via une adresse mais je ne suis pas totalement certain qu'ils arrivent à destination.
bref, je pense bien à vous tous les jours et vous commencez à cruellement me manquer.
quoi qu'il en soit, je vais aussi bien que possible, les douleurs ont disparu et je suis en pleine rééducation. je rentre sur Paris fin octobre et, d'ici là,
je vous embrasse donc tous et vous remercie encore de vos pensées.

jukebox 2008 # 56

"Vincent" de Don McLean, chanson inspirée par "La nuit étoilée" de Van Gogh... comme quoi, il n'a pas composé que "American Pie"...

lundi 15 septembre 2008

cassette 15/09/08

jukebox 2008 # 55

encore plus d'un mois pour retrouver ma chère ville... comme elle me manque...

samedi 13 septembre 2008

la beauté du geste

à l'heure de "la belle personne", le dernier film de Christophe Honoré (sur Arte hier soir et de nouveau dans une demi-heure ou dans les salles dans quelques jours), un extrait des sublimes "Chansons d'amour".

vendredi 12 septembre 2008

jukebox 2008 # 54

Oui, le danseur est bien Jean-Pierre Cassel... Et si ça vous rappelle quelque chose, c'est normal... Julien Doré s'en est inspiré pour son clip...

jeudi 11 septembre 2008

l'enfant terrible (pour Valérie S.)

cherchez la femme !

après Charpini et Brancatot, Coccinelle, une autre grande figure tutélaire de mon cher Paris interlope désormais disparu...

lundi 8 septembre 2008

this is dedicated to... bah, tout le monde !

allez, je n'ai pas pu résister : le finale de "Victor, Victoria" avec l'inénarrable Robert Preston ! que du bonheur !

this is dedicated to louis s.

"le hot jazz", de ce qui fut, il me semble, l'ultime comédie musicale du cinéma... depuis, il n'y a que des redites ou des contre-sens... depuis, Julie Andrews ne peut plus chanter, Robert Preston est mort et Blake Edwards semble avoir pris sa retraite... c'était un pari de cinéma totalement improbable puisque basé sur un postulat d'une fragilité absolue (qui pourrait penser que Andrews est un homme ?) et pourtant l'équilibre est presque parfait... ça me rappelle les grands films du XXème siècle (où sont-ils donc passés, au fait ?) dont le moindre extrait à la "séquence du spectateur" nous mettait irrémédiablement en joie... la moindre chanson de "Victor, Victoria" (puisque c'est le titre de cette merveille) suffit à me provoquer une crampe aux sygomatiques !
bon retour, louis s.

jukebox 2008 # 53

pour le plaisir un poil pervers de retrouver l'exquis Damon Albarn : Blur, Parklife !
je sens que vous avez pas fini d'en manger... hihihi... :o)

dimanche 7 septembre 2008

jukebox 2008 # 52

entre les Beatles et les Stones, j'ai toujours choisi les Kinks... ils ont toujours incarné, pour moi, l'esprit de la pop britannique avec ce côté sec et dur comme une trique... j'ai dû être Mod dans une autre vie !

"Le bain" de Jean-Luc Lagarce

Et à nouveau, vers la fin du mois de juillet, mais je savais que c'était la dernière fois, je devrais retourner à Berlin, Müller voulait m'accompagner car il ne connaissait pas la ville, c'était le début de ses vacances, nous devions passer une semaine ou deux chez moi, nous visiterions les monuments, il voulait voir la partie Est maintenant que le Mur était tombé, et avant que les travaux ne commencent, ce qu'il disait, il pensait qu'aussitôt, maintenant, les travaux commenceraient et qu'on ne pourrait très vite plus rien connaître, ne rien savoir de ce que c'était, cela qu'il voulait voir.

Je rangerais mes affaires, nous avons décidé cela, je rangerais mes affaires, l'appartement, je rendrais les clefs et je retournerais vivre définitivement en France. Nous repartirions ensemble. C'est ce que j'avais prévu.

Les quelques jours, dans l'intervalle, avant de repartir, avant ce dernier séjour, je les passai avec G. que je n'avais plus vu depuis quelques semaines.

Ce fut difficile, tout un samedi et un dimanche, ce fut difficile et impressionnant et j'aurais dû décider alors de ne pas repartir, ou brutalement d'aller très vite vider l'appartement, mes affaires, faire juste l'aller et retour et rendre les clefs, renoncer à l'engagement avec Müller, ne quitter Paris que deux jours, ne quitter que le moins possible G. Ne pas l'abandonner aussitôt après l'avoir retrouvé. Ce que je ne fis pas. Il n'y eut que ce samedi et ce dimanche.

Ce fut difficile, difficile et impressionnant, et encore, aujourd'hui, le souvenir que j'en garde, comme un grand bonheur, un des derniers moments, temps de bonheur, qui m'ait été donné.

Nous sommes restés, G. et moi, nous sommes restés ces deux jours-là sans nous quitter, sans jamais vouloir nous quitter. Nous sommes allés dîner, nous sommes allés au cinéma et ensuite nous sommes allés dîner et nous avons choisi, cette fois de passer la nuit chez moi.

C'était comme ce fut toujours le souvenir aujourd'hui que j'en garde, ce fut, le souvenir que j'en garde, une nuit très douce, très belle, une nuit très douce et très belle et le lendemain encore, une longue journée à ne plus rien faire, dans le lit, dans la chambre, et le lendemain, une bonne et longue journée, dans le lit, dans la chambre et un long temps, un long temps encore, tous les deux, nos corps trop longs, enlacés, dans le bain
Il est très affaibli, il est épuisé, plusieurs semaines déjà, depuis mon installation en Allemagne, plusieurs semaines que je ne l'avais pas vu, on se téléphonait, nous nous écrivions et plusieurs semaines déjà que je ne l'avais pas vu, que je n'avais plus vu son corps, que je ne l'avais pas touché, plusieurs semaines encore que je ne l'avais plus caressé, et il était là, tout ce samedi et ce dimanche, il était là, peu à peu, épuisé, épuisé et très affaibli.

Il dit au téléphone, avant qu'on se voie, nous nous appelons, je viens d'arriver, à peine revenu de l'aéroport, à peine, le sac déposé dans cet appartement, cet appartement où je reviendrai vivre lorsque j'aurai définitivement quitté Berlin, mon lieu à moi où je souhaite qu'il vienne vivre également à peine revenu, où je souhaite que nous vivions, il dit au téléphone, je l'appelle aussitôt et il me dit, nous nous appelons pour nous donner rendez-vous et il dit aussitôt
"c'est la fin."

Il prévient.

Comme s'il voulait prévenir.

Les dernières semaines, plusieurs semaines on ne se voyait pas, et dans ses lettres encore, les petits mots échangés, il ne disait pas que son état s'aggravait, il n'en parlait pas, mais là, lorsqu'on se retrouve, puisque nous allons nous retrouver, nous retrouver et nous voir, il dit cela, il dit que c'est la fin, en quelque sorte, il dit que c'est la fin, il prévient. Comme s'il voulait prévenir.

Il arrive au cinéma en taxi, je suis devant l'entrée du cinéma déjà, j'attendais et je le regarde descendre, il a incroyablement maigri et une de ses jambes semble très abîmée. C'est au-delà de ce que j'imaginais, au-delà encore de ce que je m'étais promis d'imaginer, je voulais imaginer, me prévenir pour avoir moins peur lorsque je le verrais, je savais que j'aurais peur lorsque je le verrais et c'est au-delà encore de ce que j'ai pu imaginer.

Il marche très péniblement avec une canne, il a de grandes difficultés, il lui faut du temps, il a de grandes difficultés à descendre du taxi et ensuite, juste cela, à traverser la rue. Il s'appuie sur moi. On ne se parle presque pas, nous nous sommes retrouvés, il m'embrasse et il s'appuie sur moi et nous entrons très lentement comme cela, dans le cinéma, très droits et très lents, un couple d'hommes un peu terrible.

Il va mourir vite, maintenant, j'ai songé à cela aussitôt. Je voulais imaginer comment il m'apparaîtrait, je voulais me prévenir, m'éviter une trop grande peur, une trop grande inquiétude, je voulais imaginer et avoir moins peur, et je le vois, il a de grandes difficultés à descendre du taxi et je songe aussitôt, sans pouvoir me l'interdire, qu'il mourra vite, très vite, désormais, maintenant.

Je me reproche de penser cela aussitôt et je le pense aussitôt.

Et tout à la fois, et cela que j'ai pensé en même temps, cela me surprit plus encore, et tout à la fois, j'ai pensé en même temps, dans le même moment, je le vois descendre de la voiture et je songe, je voudrais me l'interdire, je songe qu'il mourra vite, très vite, désormais, maintenant,
j'ai pensé, en même temps, que maigre, ainsi, si maigre, j'ai pensé qu'il était plus beau encore que la dernière foi où nous nous étions vus, plus beau encore que toute l'année dernière où je l'aimais plus que tout. Je ne comprenais pas. J'avais de l'amour devant cette maigreur si terrible, j'avais de l'amour de le voir et d'imaginer qu'il mourrait vite, très vite, maintenant, j'en éprouvais de l'amour, aussi.

Nous sommes allés dîner dans le restaurant en face du cinéma, nous n'avons pas choisi, il s'agissait juste après la séance de traverser la rue et de le fatiguer le moins possible. Le film, je ne me souviens plus du titre, je l'avais déjà vu, il m'avait laissé choisir et je l'avais choisi car je le connaissais déjà, je savais que cela lui plairait, que nous ne passerions pas un mauvais moment. Le restaurant était simple, ce n'était pas mal, c'était sans intérêt, jamais nous n'aurions, lorsque nous passions nos nuits tous les deux dans Paris, les années auparavant, jamais nous n'aurions mis les pieds dans un endroit comme celui-là, mais ce fut sans importance, c'était une bonne soirée, on se racontait ce que nous avions fait ces derniers temps, ma vie à Berlin, il parla à peine, il n'avait pas envie, il parla à peine de ce qui s'était passé pour lui, les dernières semaines, ce qu'il n'avait pas raconté dans ses lettres, ses petits mots, les coups de téléphones échangés, il ne souhaitait pas plus le raconter maintenant, il n'en avait pas envie, il voulait juste que je raconte la vie à Berlin, et ce qui était arrivé, la chute du Mur, je racontais, c'était joyeux, une soirée joyeuse, on oubliait.

Nous sommes rentrés chez moi, l'appartement était étrange, parfaitement ordonné, je n'y avais plus mis les pieds depuis des semaines, mon sac encore ouvert, juste dans l'entrée, à peine revenu de l'aéroport.

Nous nous sommes couchés, nous ne faisions jamais comme ça, auparavant, nous ne faisions jamais ainsi, on se mangeait la bouche dès l'entrée, on s'enlevait les vêtements l'un l'autre, peu à peu, debout, on se déshabillait, on ne prenait pas soin. Là, nous nous sommes couchés, nous nous sommes très lentement, soigneusement déshabillés, chacun détourné de l'autre. Il m'a demandé de l'aider à enlever ses chaussures, c'était difficile pour lui, j'ai enlevé ses chaussures, et je l'ai aidé encore à retirer son pantalon, et je voyais ses jambes totalement décharnées maintenant, et j'avais peur de lui faire du mal, juste en l'aidant à enlever son pantalon, j'avais peur de lui faire du mal, de le blesser ou l'abîmer.

Nous avons fait doucement l'amour, est-ce qu'on peut dire cela, je ne sais pas. Nous nous sommes caressés, nous nous sommes embrassés sans fin, toujours, très longtemps, appelons cela ainsi, nous avons fait l'amour. J'avais peur de le briser, d'avoir un geste qui puisse le faire souffrir, je ne savais plus.

On prend un long bain, lui, posé sur moi comme un enfant malade, son corps superbe en train de se défaire

Je l'aide à entrer doucement dans la baignoire, son corps de vieillard, détruit, je le porte à peine et je le laisse très lentement glisser pour qu'il s'asseye enfin. C'est difficile, cette manoeuvre si simple devient une véritable épreuve physique, une aventure immense. On rit, on hurle de rire. On rit de notre difficulté, là, tous les deux, de notre incapacité à accomplir des gestes imbéciles.
Je me suis glissé sous lui et il est posé sur mon et on somnole ainsi longtemps, l'après-midi, à remettre régulièrement un peu d'eau chaude, doucement.

On dort enlacés.

C'était comme le bonheur le plus grand, aujourd'hui, le souvenir que je garde, c'était comme le bonheur le plus grand d'être si paisibles et le désespoir encore de savoir qu'on se quitte.

On parle de nos parents, de nous, enfants, si différents, l'enfance dans son pays, et mon enfance, ici, dans ma province triste et méchante. Je ne crois pas que nous en ayons jamais parlé, c'est drôle. On parle de nos amours.

On s'abandonne. Nous nous faisons nos adieux.

Dans l'après-midi, le dimanche, G. s'était endormi et je lisais dans l'autre pièce, le téléphone sonna, c'était Ron. Tout est toujours tellement lié, j'ai pensé ça, cela m'a fait sourire. J'ai ri. Ron m'a demandé pourquoi et j'ai dit que cela ne s'expliquait pas, que ce n'était pas drôle.

Et c'était une fois de plus, cette ironie, qu'il appelle lorsque G. et moi venions de nous retrouver, et ce jour encore où, exactement, nous sommes là à ne plus vouloir être qu'ensemble, l'un pour l'autre. Il appelle.

Il avait laissé des messages ces derniers temps, j'appelais de Berlin et j'entendais sa voix sur la machine, il avait laissé plusieurs messages sur le répondeur, il demandait la date de mon retour, il attendait que je rentre. Je n'avais pas donné signe de vie.

On parle. Je dois parler à voix basse de peur de réveiller G. dans la pièce à côté. J'explique, je tente de lui expliquer. Je ne souhaite pas sortir et le retrouver, pas aujourd'hui, non, c'est trop difficile, ce qu'il doit entendre. Il est comme un enfant perdu. Il veut qu'on se voie plus et plus souvent Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer ? Construire quelque chose. Des mots terribles qu'il dit soudain, qu'il n'avait jamais dits. Longue discussion trop sérieuse. Après que nous nous sommes quittés, ce qu'il ajoute, après que nous nous sommes quittés, en mars, assez brutalement, il a beaucoup pensé à nous et il voudrait "qu'on essaie encore".

Mais quoi ? Vivre ensemble, ce n'est pas envisageable, ce n'est plus envisageable. On ne saurait faire semblant, je raconte, et la vie est différente. Il ne vivrait pas cette situation, je ne crois pas. Il ne sait pas, ce qu'il dit, il ne sait pas. Il pleure un peu. Il demande qu'on se voie le soir même, samedi, mais je ne promets rien, qu'il ne m'en veuille pas, au bout du compte, si je ne le rejoins pas, c'est peu probable, il est peu probable que je le rejoigne. Qu'il ne m'en veuille pas.

Je ne vais pas, en définitive, au rendez-vous. Je suis avec G. dans mon lit, je suis ben, malgré toute la douleur.

Le lendemain, il appelle encore.

Mais on ne se voit pas. C'est trop tard, je ne sais pas. Je pars le mardi suivant avec Müller. J'étais dans le désarroi. J'étais angoissé de G., j'avais peur pour lui.
Et Ron reste malheureux, comme déjà abandonné, le passé, un souvenir désormais du passé, tout ça, auquel on ne saurait plus aspirer. Jamais je ne l'ai revu.

Je passe quelques jours à nouveau à Berlin, avec Müller, fidèle à lui-même. Nous trichons un peu, nous marchons comme deux touristes je regarde une dernière fois les lieux, les rues et les places où j'ai vécu ces derniers mois. Nous allons régulièrement observer les progrès, la déconstruction du Mur. Cela ne m'émeut pas comme je l'aurais espéré.

Un soir, revenant lentement à travers les pelouses de Tiergarten, je me laisse aller à raconter, à peine, je me laisse aller à raconter G. à Müller, et je n'obtiens rien, je ne trouve pas le réconfort que je pouvais attendre, mais que je n'osais pas demander.

Je décide de rentrer le mercredi suivant, plus tôt que prévu, écourtant mon séjour, et de fait, autoritaire, ses vacances. G. au téléphone dit qu'il entrera à nouveau à l'hôpital lundi et que je ne le trouverai pas chez lui en arrivant à Paris. Il dit ça, j'entends à peine sa voix, il dit qu'il ne peut parler très fort, je l'entends à peine. Je décide aussitôt de rentrer et d'écourter les vacances de Müller. Je sors de la cabine téléphonique et je dis que je dois rentrer plus tôt que prévu.

En arrivant à Paris, la chaleur était écrasante.

(c) 2001, Les Solitaires Intempestifs, Editions

cassette 07/09/08

samedi 6 septembre 2008

cassette 06/09/08

maîtres anciens # 02

Jascha Heifetz - J S Bach : Chaconne (de la Partita No 2, Bwv 1004)...
On dit de Robert Johnson qu'il a vendu son âme au diable, je parierais que Heifetz en fit tout autant...

la fête immobile # 01

Damien Hirst, un artiste britannique dont l'oeuvre peut difficilement laisser indifférent... Une sorte de version post-moderne et déraisonnable des vanités de la peinture classique... Il interroge sans cesse le rapport de l'art et des limites... J'y vois l'aboutissement logique de toute la culture britannique de l'après guerre qui nous a donné Bacon, les Pistols, Thatcher et, dans une certaine mesure, du 9/11...

vendredi 5 septembre 2008

jukebox 2008 # 51

Un des trésors les mieux cachés de la pop contemporaine : Ron Sexsmith - Gold In Them Hills

encore un peu de patience...

"Milk", le biopic d'Harvey Milk signé Gus Van Sant sortira sur nos écrans début 2009.

au théâtre ce soir # 03

un coup de fil anonyme à 7h00, une rage de dents... pourquoi Beckett, je n'en sais rien, c'est la première idée à être passée par ma tête douloureuse et mal réveillée...

jeudi 4 septembre 2008

jukebox 2008 # 50

my bloody valentine: cigarette in your bed... de quoi redonner envie de fumer à des générations de résignés...

mercredi 3 septembre 2008

la bonne nouvelle du jour !

une suite aux "chansons d'amour" serait envisagée par Christophe Honoré d'ici trois ans... en attendant, Alex Beaupain publie "33 tours" début octobre...

(votre serviteur se trouve dans ces images, saurez vous l'identifier ?)

mes insomnies, ses insomnies, nos insomnies...

6h42 et je tourne encore dans mon lit... je suis pourtant épuisé et la paupière lourde... mais rien à faire... mon lit n'est plus qu'un tas de draps froissés... il pleut dehors... bientôt le jour va se lever sur le port...

mardi 2 septembre 2008

maîtres anciens # 01

Pour inaugurer une nouvelle entrée, à tout seigneur, tout honneur : Arturo Benedetti Michelangeli dans "La cathédrale engloutie" de Claude Debussy.

élégie pour un roi vierge

A Louis II de Bavière

Roi, le seul vrai roi de ce siècle, salut, Sire,
Qui voulûtes mourir vengeant votre raison
Des choses de la politique, et du délire
De cette science intruse dans la maison,

De cette science, assassin de l’Oraison
Et du Chant et de l’Art et de toute la Lyre,
Et simplement, et plein d’orgueil en floraison,
Tuâtes en mourant, salut, Roi ! bravo, Sire !

Vous fûtes un poète, un soldat, le seul Roi
De ce siècle où les rois se font si peu de choses,
Et le Martyr de la Raison selon la Foi.

Salut à votre très unique apothéose,
Et que votre âme ait son fier cortège, or et fer,
Sur un air magnifique et joyeux de Wagner.

Paul Verlaine

la meilleure part des hommes

"Quant à la meilleure part des hommes qui la gardent dans leur coeur, faute de mieux, jusqu'à la dernière heure, elle vit mais aussi elle meurt avec eux."

je ne dévoilerai pas l'intrigue de ce finalement très beau roman. je suis juste surpris comment certaines rengaines passées totalement inaperçues acquièrent violemment une puissance évocatrice inattendue... je ne vous en dit pas plus, de toutes façons il est 2h29 du matin.
lisez juste le roman de Tristan Garcia.

lundi 1 septembre 2008

pour ne pas mourir idiotes...

Charpini et Brancato, que les possesseurs de l'inestimable coffret "Chansons interlopes" connaissent bien, pour notre plus grande joie à toutes !!! :o)