dimanche 11 novembre 2007

les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître...


le grand Charles pour la dernière de ses adieux millésime 2007... grande classe...
parvenir à transformer l'immense salle de l'odieux Palais des Congrès en salle intimiste tiens du prodige... on se serait cru à l'Olympia de la grande époque... quelques chansons récentes (très) relativement faiblardes pour éclairer la grandeur et l'élégance des classiques inusables... on a beau connaître les chansons par coeur, entendre "comme ils disent" ou "la bohème" ou tous les autres mais les entendre en direct par leur créateur est tout bonnement magique... sérieusement, j'ai eu un frisson d'orgasme sur, justement, "comme ils disent"... pas tant par le propos finalement trop évident mais bien par la performance de celui qui a été et demeure (et on l'oublie aisément) un putain d'acteur...
mes seules réserves étant sur les arrangements un poil trop léchés à mon goût (surtout les parties de piano et pour cause, il a débauché un chopiniste et ça se sent...) et couvrant parfois sa voix (surtout sur le pourtant magnifique "pour faire une jam")... et encore une fois quand il s'agit de "chanson française", le public... j'ai été effrayé par ce qu'il passé à la fin de "bohème"... une petite bande d'irréductibles a fait une mêlée digne du rugby pour récupérer le mouchoir qu'Aznavour jette à la fin de la chanson... le tout éclairé par la poursuite de la régie... argh... et comme ma voisine, grosse bourge à fourrure emperlouzée qui pestait sur la première partie (la pauvre Agnés Bhil...) et la durée de l'entracte et n'a évidemment pas applaudi après "Moi, je vis en banlieue"... navrant !!!
je connais beaucoup de gens qui ont cassé leur tirelire pour assister à ces concerts 2007 en pariant (espérant ?) sur la fin prochaine du bonhomme... en toute franchise, je faisais partie du lot... je l'avais déjà vu sur scène en en gardant une image assez odieuse du personnage... aujourd'hui, il est devenu un homme d'une tendresse à toute épreuve et, chose remarquable, nettement plus généreux que son public ! donc, ce soir, j'espère de tout coeur pouvoir le retrouver sur scène d'ici quelques années, quitte à chanter assis comme Trénet au Châtelet ou Ella F. au même Palais des Congrès...
parmi les autres classiques : "Ave Maria", "Désormais", "Emmenez moi", "J'me voyais déjà", "Les plaisirs démodés", "Sur ma vie", "Non, je n'ai rien oublié" et quelques autres... perso, ça vaut largement tous les Beatles ou Beach Boys... c'est d'ailleurs révélateur dans la "chanson en français"... tous les grands mettent autant de travail dans les textes que dans la musique...
un immense artiste...










































1 commentaire:

Axel a dit…

Bonjour Pépito,

J'ai grandi avec Aznavour, ma mère étant une inconditionnelle... qui casse sa tirelire certes mais sans croire une seconde à ses adieux !

Du coup, je n'ai pas beaucoup de distance, ses chansons font partie de ma mémoire et de mes émotions. Il m'est arrivé de trouver l'homme assez hautain c'est vrai mais l'artiste jamais, c'est ce qui compte.

PS - A te lire j'en finirais par regretter d'avoir choisi de vivre dans une petite ville...

Bises