mercredi 19 mars 2008

c'est ma fête... et je fais ce qui me plait...



je ne vais pas me laisser abattre par les soucis sous lesquels je croule actuellement...
alors Trintignant lisant du Jules Renard et du Jean-Michel Ribes en guise d'apéritif, admettez que ça a de la gueule... c'est étrange, je développe un nouveau rire assez déplaisant... le genre goret, si vous voyez ce que je veux dire... et l'humour de Ribes est trop puissant pour moi... en revanche, le public, assez âgé, semble avoir boudé son plaisir...
c'est en quittant le Rond Point que j'ai croisé un beau jeune homme barbu montant sur son scooter... c'est à sa voix que je l'ai reconnu... l'indispensable Julien Boisselier... je ne comprends pas que sa carrière n'explose pas plus que ça... il répondait gentiment aux félicitations timides d'un téléspectateur qui l'avait trouvé admirable "hier soir dans les Maupassant"... ce type, en dehors d'avoir un charme fou a un je ne sais quoi d'irrésistible dans la voix...
ne pas lui sauter dessus et ne pas lui demander d'autographe a été mon petit plaisir pervers du jour...
voilà... c'était la St Joseph... jour férié en Espagne...
un jour comme les autres au boulot, dans mon dos...
j'aurais juste aimé écluser quelques guiness avec des potes...
mais bon, on se rattrapera...

1 commentaire:

Laurent Delpit a dit…

BRAVO pour l'exploit! : ne pas avoir sauter sur J Boisselier. Moi je l'avais découvert dans le film avec Marina Foïs, comment qu'ça s'appelait déjà, et j'étais tombé amoureux, ... argh, pardon, tombé sous le charme de son talent
ah oui "J'me sens pas belle", voilà le nom du film... merci google
bisous à toi José et douce fête